Skip to Content
Effectuez une recherche

GEMAPI – Du concret sur le terrain

Publié le 08 février 2024 | Environnement

Vous vous demandiez à quoi sert la taxe Gemapi qui figure sur votre feuille d’impôts (taxe foncière) ?
Direction le plan d’eau de Servant où un nouveau chantier est en voie d’achèvement.

Depuis 2018, selon l’article L211-7 du code de l’environnement, les communautés de communes sont compétentes pour gérer l’eau, les milieux aquatiques et la prévention des inondations, d’où la naissance d’une taxe Gemapi. Cette taxe, payée par l’ensemble des contribuables du territoire, au premier rang desquels les agriculteurs, permet de financer des travaux de restauration des cours d’eau et, in fine, d’amélioration de la qualité de l’eau, des plans d’eaux et des zones humides.

Direction le plan d’eau de Servant où le président Laurent Dumas, sa vice-présidente chargée de l’agriculture et de l’eau Sabine Michel et son vice-président Sylvain Durin, maire de la commune, ont fait un point sur l’avancée du chantier supervisé par Adeline Huclin et Vincent Jourdan, chargés de mission pour les milieux aquatiques dans le cadre du contrat territorial Sioule piloté par le SMADC.

Les travaux en cours concernent deux ruisseaux de Servant se déversant dans le plan d’eau. « Dans la continuité du profil de baignade de la commune, ce chantier a été décidé notamment pour lutter contre la prolifération de cyanobactéries », explique Adeline Huclin. Stratégie : mise en défens de ces cours d’eau et préservation des berges du piétinement du bétail. « Fonctionnant en vase clos, les plans d’eau en barrage de cours d’eau deviennent de grands bassins de décantation. Avec l’augmentation de la température en période estivale, les cyanobactéries prolifèrent et provoquent des interdictions de baignades. »

Abreuvoir, passages à gué

Concrètement, afin que le bétail puisse continuer à profiter de ces parcelles pâturées privées (qui ont fait l’objet d’une déclaration d’intérêt général), un abreuvoir ainsi qu’une douzaine de passages à gué — avec pierres plates pour passage de véhicules et rondins d’acacia réputé imputrescible — ont été réalisés sur les 2 kilomètres de cours d’eau. « Ces mises en défens permettent de limiter le piétinement du bétail sur les berges », souligne Adeline Huclin. En outre, une action sur la ripisylve — déboisement, nettoyage pour favoriser l’écoulement des cours d’eau, nouvelles plantations — ainsi que sur le clôturage ont été menés ; charges ensuite aux propriétaires et fermiers d’assurer l’entretien. « Pour optimiser la qualité de l’eau et préserver la continuité écologique, il s’agit de trouver le juste milieu entre le fonctionnement naturel du cours d’eau et l’exploitation des parcelles », insiste Vincent Jourdan.

Coût de l’opération de ce chantier qui devrait être achevé à la fin du mois de février : 70 000€, dont 30% pris en charge par l’Agence de l’eau, 20% par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme et 50% par la Communauté de communes du Pays de Saint-Eloy via la taxe Gemapi (0 euro pour les propriétaires donc)…

Après Youx, Gouttières, Neuf-Eglise et donc Servant, le prochain chantier d’envergure devrait se situer à Lapeyrouse avec, là encore, la remise à ciel ouvert des deux cours d’eau qui alimentent le plan d’eau et la création d’un hectare de zone humide destinée à jouer le rôle de filtre naturel en amont du plan d’eau.

A vous ensuite les baignades en eau claire !

Articles similaires

25 janvier 2024

La politique culturelle porte ses fruits

Depuis plusieurs saisons, le Pays de Saint-Eloy a mis l’accent sur le développement d’une véritable...

Lire la suite
04 janvier 2024

Meilleurs voeux 2024

On ne subit pas l’avenir, on le construit. C’est cette ligne de conduite qui guide...

Lire la suite
07 décembre 2023

Le chèque local revient

Le chèque local est un concept simple : vous achetez votre chèque 3€, et il...

Lire la suite